Logement

Le parcours du combattant des parents de handicapés

Pierre et Louisette Garnier veulent faire passer un message auprès des parents d’enfants handicapés.
Saint-Marcel. Pierre et Louisette Garnier témoignent des difficultés à trouver un établissement d’accueil de proximité pour leur fille, Dorothée.
Pierre et Louisette Garnier considèrent que la récente condamnation de l’État à trouver rapidement un hébergement pour un enfant handicapé, est un épiphénomène. Ils argumentent cette affirmation à travers leur propre expérience. Ces retraités domiciliés à Saint-Marcel ont quatre filles. La benjamine, Dorothée, a malheureusement un lourd handicap.
La sclérose tubéreuse de Bourbonnais prive leur fille de la parole et lui occasionne des troubles importants de comportement
Une maladie génétique autosomique, la sclérose tubéreuse de Bourbonnais, la prive de la parole et lui occasionne des troubles importants de comportement, au point qu’il a fallu chercher très vite un établissement d’accueil spécialisé.
« On se sent vraiment seuls« 
Le début d’un long parcours du combattant pour ce couple qui témoigne des difficultés auxquelles sont confrontés les parents de handicapés. «Notre fille, qui est née en 1981, avait treize mois lorsqu’on a décelé sa maladie, explique Louisette Garnier. Nous l’avons gardée à la maison, en la mettant à l’hôpital de jour, jusqu’à l’âge de 5 ans, mais il a fallu ensuite lui trouver un IME adapté à son cas, car sa seule autonomie est la marche. Il n’y avait pas de place dans l’Indre et nous avons dû nous débrouiller par nous-mêmes.»
Ses proches ont dû faire régulièrement cinq heures de route pour la voir
Dorothée a finalement rejoint l’établissement corrézien de Peyrevelade qui a ensuite bénéficié de lits MAS grâce à l’amendement Créton. Elle y est restée jusqu’en 2012 et pendant tout ce temps, ses proches ont dû faire régulièrement cinq heures de route pour la voir, avec le mince espoir de l’avoir un jour en permanence plus près d’eux.
Quand il y avait une création de lits, la famille n’était jamais avertie
«Nous avons effectué de nombreuses démarches mais quand il y avait une création de lits, nous n’étions jamais avertis, explique le couple. Dans une situation comme la nôtre, on se sent vraiment seuls. Personne ne nous aide».
Pierre et Louisette veulent faire passer un message auprès des parents de handicapés 
Si Dorothée est finalement revenue dans l’Indre, il y a un an, parce qu’ils avaient appris fortuitement l’extension de la capacité d’accueil de l’Espace Benjamin de Chaillac, Pierre et Louisette veulent faire passer un message auprès des parents de handicapés : «Cette décision de justice ne doit pas donner de fausses joies à tous ceux qui se battent pour le bien de leur enfant, comme nous l’avons fait durant vingt-trois ans. Il s’agit d’un travail de longue haleine et quand on nous dit que l’Indre est le département de la région Centre le mieux loti en établissements spécialisés, il faut savoir qu’un handicapé est placé à vie et que l’offre est très inférieure à la demande. On ne peut pas se contenter de cette affirmation qui ne solutionne absolument pas les problèmes de parents démunis de tout !»
Par Jean-Michel Bonnin
source

Bientôt de nouvelles places pour les handicapés

36 adultes handicapés pourront être accueillis
Attendu depuis quinze ans, un foyer d’accueil médicalisé accueillera 36 adultes handicapés d’ici deux ans à Boulogne. Mais la liste d’attente est déjà longue.

La première pierre du foyer d’accueil, prévu pour 2014, a été posée
Pour l’instant, le regard se perd dans un grand trou. En 2014 se dressera un immeuble de quatre étages dans lequel trente-six personnes vivront dans des conditions en adéquation avec leur handicap. Elus et personnalités ont participé hier à la pose de la première pierre du foyer d’accueil médicalisé (FAM) sur le chantier du Trapèze est, à quelques dizaines de mètres du bâtiment X, l’ancien siège social de Renault à Boulogne.

Des personnalités politiques et la présidente des Papillons blancs
Pierre-Christophe Baguet, député-maire (UMP), Patrick Devedjian, président (UMP) du conseil général, et André Santini, député-maire (NC) d’Issy-les-Moulineaux, ont manié la truelle aux côtés de Catherine de Lafarge, la présidente de l’association les Papillons blancs des rives de Seine. Ils ont symboliquement monté le premier mur du futur bâtiment.
Quinze années d’efforts récompensées
Les Papillons blancs géreront la structure, qui hébergera de jeunes adultes polyhandicapés et des personnes vieillissantes souffrant d’une incapacité mentale. Catherine de Lafarge se réjouit de voir quinze années d’efforts de familles boulonnaises enfin récompensées. «Nous pourrons proposer à ces personnes et à leurs familles un accompagnement de qualité, explique-t-elle sous le chapiteau dressé pour protéger des rayons du soleil. Nous tenons à leur assurer un hébergement de proximité. Elles pourront s’inscrire dans la vie du quartier et de ses habitants.»

Une volonté commune pour faire aboutir le projet

Les Papillons blancs sur l’agglomération Grand Paris Seine Ouest
Cette résidence confortera la présence des Papillons blancs, déjà bien implantés sur le territoire de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest (Boulogne, Vanves et Issy) et à Clamart. «Nous ne pourrons hélas pas répondre à toutes les demandes, car la liste d’attente est longue», regrette Catherine de Lafarge.
Un projet réalisé grâce à une volonté commune des décideurs
Pierre-Christophe Baguet insiste sur la volonté commune des décideurs, qui a permis de faire aboutir ce projet consensuel. «Il manquait 1,8 M€ pour boucler le budget de 9,5 M€, rappelle-t-il. Lors d’une réunion, j’ai déclaré que nous ne quitterions pas la salle avant d’avoir trouvé cette somme. La ville a mis 500000 € et tout le monde a suivi : Etat, région, département, promoteurs, Immobilière 3F…».«Claude Guéant (NDLR : l’ancien ministre de l’Intérieur, candidat à la députation, qui assistait à la cérémonie) a prêté son concours pour que personne ne sorte», plaisante Patrick Devedjian. Outre une subvention de 800000 € pour la construction, le président du département précise que les Hauts-de-Seine verseront chaque année 2,16 M€ pour aider au bon fonctionnement du foyer d’accueil. L’inauguration aura lieu en 2014.
Jérôme Bernatas
source

L’Anah répond à vos questions

L’Agence nationale de l’habitat.
L’Anah est un établissement public créé en 1971. Elle a pour mission de mettre en œuvre la politique nationale de développement, de réhabilitation et d’amélioration du parc de logements privés existants.


Quels types de travaux ?

Travaux destinés à l’amélioration de l’habitat en matière de sécurité, de salubrité ou d’équipement des logements et des parties communes d’immeubles. Travaux d’accessibilité ou d’adaptation de l’immeuble et du logement aux personnes en situation de handicap ou à mobilité réduite.

Pour quels travaux l’Anah peut-elle m’aider ?

Les travaux destinés à l’amélioration de l’habitat en matière de sécurité, de salubrité, d’équipement de l’immeuble ou du logement. Les travaux d’économie d’énergie. Travaux d’isolation acoustique. Les travaux d’accessibilité ou d’adaptation aux personnes handicapées physique. Les travaux de transformation de locaux en logement.

Liste des travaux subventionnables (pdf – 794 ko)

Quels sont les travaux non financés ?

Les travaux d’entretien, de décoration et les travaux somptuaires. Les travaux de réhabilitation lourde qui équivalent à des travaux de construction neuve ou de reconstruction à moins qu’ils ne constituent la transformation en logements de locaux affectés à un autre usage, ou qu’il s’agisse de logements insalubres ou faisant l’objet d’un arrêté de péril.


Comment fixer la limite entre des travaux de confort et des travaux de luxe ?

L’Anah peut juger si les travaux sont trop onéreux ou somptuaires.


Puis je bénéficier d’une subvention pour des travaux sur des parties communes de copropriétés ?

Oui

Puis je demander une subvention aussi bien pour les travaux d’intérieur que d’extérieur ?

Oui, s’ils sont compris dans la liste des travaux subventionnables. Cependant,les travaux de ravalement sont subventionnés sous certaines conditions particulières.

Liste des travaux subventionnables (pdf – 794 ko)

L’Anah peut elle m’aider dans l’achat de meubles pour handicapés dans le cadre d’un réaménagement des locaux ?

Non, l’Anah ne subventionne que les travaux.

Existe-t-il un plafond pour le montant des travaux ?

Non, en revanche la subvention sera calculée par rapport à un plafond de travaux pris en compte. Pour les propriétaires bailleurs, le plafond par logement est fixé en fonction de la surface du logement subventionnable. Pour les propriétaires occupants, les plafonds des dépenses subventionnables sont forfaitaires.

Pour les propriétaires bailleurs

Pour les propriétaires occupants

Puis-je demander une subvention pour des travaux d’extension (pour une salle de bain, une chaufferie …) ?

Oui, dans la limite de 14m² (possibilité de passer à 20m² pour personnes handicapées). L’agrandissement dans des surfaces existantes est envisageable. Contactez la délégation locale pour plus de renseignements.

Je suis en perte d’autonomie ou en situation de handicap quels travaux d’accessibilité l’Anah peut-elle subventionner ?

Voir la liste des travaux subventionnables.

Liste des travaux subventionnables
(pdf – 794 ko)

Information Logement

Vous recherchez un logement adapté ? Vous souhaitez effectuer des travaux pour rendre votre habitation accessible et adaptée à votre handicap ou à celui d’un proche ?
Un certain nombre d’interlocuteurs peuvent vous accompagner dans vos démarches, vous apporter conseils et aides matérielles. Une condition toutefois : que vous preniez contact avec eux avant de débuter vos travaux !

Pour trouver un logement adapté, vous pouvez vous adresser :

• à votre mairie ou à la commission d’accessibilité (pour les villes de plus de 5 000 habitants) ou encore
• aux bailleurs sociaux.
• aux associations

Obtenir des conseils pour la réalisation de vos travaux :

Améliorer l’accessibilité de votre immeuble, aménager une place de parking, construire une rampe, élargir les portes pour permettre le passage d’un fauteuil roulant ou faire installer une salle de bains adaptée… de nombreuses adaptations sont envisageables. Pour obtenir des conseils pour la réalisation de travaux d’adaptation et de mise en accessibilité (coût, faisabilité…)

Haut de page
Rechercher sur le site