Actualités

Paris doit faire sa place au handicap

Une tribune de Jean-François Legaret et de Valérie Montandon, respectivement têtes de liste de Nathalie Kosciusko-Morizet dans le 1er et le 12e arrondissement, pour les élections municipales de 2014
La ville doit s’adapter aux citoyens, notamment en termes d’accessibilité aux personnes âgées, aux personnes en difficultés et en situation de handicap
« Nos cités n’ont pas été pensées pour l’ensemble des citoyens. » (Michel Fardeau, 2001) C’est à la ville de s’adapter aux citoyens, et non le contraire. Faire leur place aux personnes handicapées ; c’est permettre à toute la société de progresser et d’améliorer sa capacité à bien vivre ensemble. Une ville accueillante doit penser à tous ses habitants : aux personnes âgées, aux familles, aux personnes qui rencontrent des difficultés, passagères ou non… Jacques Chirac avait ainsi affirmé sa volonté de faire toute sa place au handicap, et particulièrement, son attachement à rendre Paris « accessible ». Et son impulsion s’était avérée décisive pour la réalisation de nombreux travaux d’accessibilité. Paris était alors une des capitales les plus volontaristes en ce domaine.
Paris est passée de la 20e à la 44e place dans le baromètre d’accessibilité de l’Association des paralysés de France
Aujourd’hui, force est de constater que cette avance a été largement perdue. Un exemple parmi d’autres : en un an, Paris est passée de la 20e à la 44e place dans le baromètre d’accessibilité de l’Association des paralysés de France. Nombre de bâtiments municipaux, d’établissements scolaires, de stations de métro ne sont toujours pas rendus accessibles ; l’adaptabilité des logements sociaux est encore trop faible (l’objectif affiché est d’atteindre 40% en 2020).
Le territoire parisien est en décalage avec les besoins réels des personnes handicapées, de même que le faible pourcentage de lycéens accédant aux études supérieures en France
L’offre d’établissements d’accueil est aussi en décalage avec les besoins réels des personnes handicapées souvent en situation de précarité et nécessiterait de mailler davantage le territoire parisien. Il faut noter également le pourcentage accablant de lycéens en situation de handicap accédant aux études supérieures en France : 0,5% ! Que deviennent les 4 bacheliers sur 5 dans cette situation qui ne poursuivent pas leurs études ?
Une politique en matière de handicap profite aussi aux femmes enceintes et aux personnes âgées
Il y a donc urgence à améliorer la politique de la ville de Paris à l’égard des personnes handicapées, sans oublier qu’une bonne politique en matière de handicap est une politique qui profite à tous : aux femmes enceintes, aux personnes âgées, etc.
Des actions sont nécessaires en termes d’hébergement, d’accessibilité et d’aménagement des locaux, notamment pour l’accès aux soins
C’est tout le sens des mesures proposées par Nathalie Kosciusko-Morizet ce mardi, lors de la journée internationale du handicap. Il y a de nombreuses actions à mener autour de l’hébergement, de l’accessibilité ou de l’emploi en secteur protégé. Quant à l’accès aux soins des personnes handicapées, qui est un droit fondamental, il est aussi un enjeu pour tous. Les structures de ville habituelles doivent être rendues accessibles et faire l’objet d’un véritable référentiel au service de tous. L’aménagement des locaux, qui n’est que la partie visible du problème, doit absolument faire partie des priorités pour des personnes qui ont en outre une grande exigence en termes de soins.
Dans ce contexte, une cartographie du besoin et de l’offre de soins à Paris est nécessaire
De même, il est urgent d’établir une cartographie du besoin et de l’offre de soins accessibles à l’échelle de Paris. Or, ce travail n’a jamais été fait. Nous ne disposons que d’estimations très vagues à Paris. Les chiffres varient selon les sources. Il pourrait y avoir 200 000 Parisiens en situation de handicap, soit 1 Parisien sur 10, parmi lesquels 80 à 90% auraient un handicap psychique ou mental. Toutefois, l’absence de données précises pose un vrai problème d’adaptation de la politique que doit mener une collectivité et révèle la nécessité urgente d’engager une refondation de l’action municipale et départementale, en cohésion avec les mairies d’arrondissements et les associations.
Le soutien aux aidants et l’avis des personnes concernées doivent être au cœur d’une nouvelle politique
D’autres problématiques comme le soutien aux aidants qui apportent un répit précieux aux familles et tous les dispositifs d’accompagnement pour le maintien à domicile et l’intégration en milieu ordinaire, doivent également être au cœur d’une nouvelle politique. Les Parisiennes et les Parisiens handicapés doivent être pleinement intégrés à la vie de la Cité. Un effort de sensibilisation peut être fait à cet égard en direction de tous afin que Paris redevienne une ville modèle. Il faut pour cela donner la parole aux personnes concernées qui sont les plus à même de faire comprendre et porter les projets.
La prise en compte du handicap doit devenir un état d’esprit et pas seulement une obligation légale
Certes l’aménagement de la voirie et des équipements ne peut être programmé et réalisé que sur plusieurs années mais lorsqu’on fait le compte des travaux de Jean Bouin (200 millions), des Halles (un milliard), ou des voies sur berges (40 millions)… on peut s’interroger sur leur légitimité, au regard du retard choquant pris dans la prise en compte du handicap. Celle-ci doit devenir ou redevenir avant tout un état d’esprit, et non seulement une obligation légale.

Par atlantico.fr
source

Le handicap, un véritable atout pour certaines entreprises

RÉUSSITE – Massages et même détection de tumeurs, les aptitudes des personnes aveugles pour le sens du toucher sont recherchées
Le restaurant parisien Dans le noir propose de manger dans l’obscurité totale pour redécouvrir la saveur et le toucher des aliments
A Paris, le restaurant Dans le noir est un précurseur. Depuis dix ans, cet établissement propose à ses clients une expérience inédite : manger dans l’obscurité totale pour redécouvrir la saveur et le toucher des aliments. Pour cela, son fondateur, Didier Roche – qui a perdu la vue à 6 ans –, s’est appuyé sur les compétences de non-voyants.
Les clients du restaurant sont guidés par les serveurs-guides
« Sans les serveurs-guides, vous ne pouvez pas faire un pas dans le restaurant. Ce sont eux qui emmènent les visiteurs jusqu’à leur table« , précise Deborah, chargée des relations publiques du restaurant. Une nouvelle façon de se projeter dans l’espace, qui permet aussi de balayer les préjugés.
Des masseurs non-voyants
« Les clients ressortent à la fois surpris et bouleversés. Ils ont souvent envie de faire venir leurs proches« , précise-t-elle. Rapidement, Didier Roche développe un autre concept : celui du spa dans le noir, qui emploie lui aussi des personnes non-voyantes dans la tradition du blind massage.
Le spa a formé et recruté une quinzaine de personnes en 3 ans
« Longtemps, les masseurs japonais étaient des personnes aveugles : elles avaient un toucher particulier« , affirme la chargée des relations publiques. Depuis sa création il y a trois ans, le spa a formé et recruté une quinzaine de personnes pour dispenser soins du corps et massages. « L’obscurité permet aux personnes complexées par la nudité de lever toutes les barrières et d’être ainsi totalement relaxées.« 
En Allemagne, Discovering Hands essaie de détecter les tumeurs du cancer du sein grâce au toucher des femmes aveugles
Autre expérience en Allemagne, où l’organisation Discovering Hands, chapeautée par le gynécologue Frank Hoffmann, a choisi de détecter les tumeurs du cancer du sein grâce au toucher des femmes aveugles.
Un diagnostic par le toucher
Ce dernier a visé juste puisque les Medical tactile examinators (MTE) ont démontré leurs aptitudes à déceler des tumeurs deux fois plus petites que les médecins, à partir de 5 mm. « En plus d’offrir un emploi à des personnes en situation de handicap, cette technique permet aux femmes d’être diagnostiquées plus efficacement« , affirme le gynécologue.
Les examens mammaires dispensés par les MTE sont aujourd’hui pris en charge par 6 grandes compagnies d’assurance allemandes
Et le concept pourrait bien faire des petits puisque, avec 23 MTE travaillant aux 4 coins du pays, les examens mammaires sont aujourd’hui pris en charge par 6 grandes compagnies d’assurance allemandes. L’Autriche, la Turquie ou l’Espagne pourraient à leur tour dispenser la formation.

Par Marie Lyan
source

L’accès aux soins, un «parcours du combattant» pour les handicapés mentaux

Les handicapés mentaux ont «deux fois et demi plus besoin de soins que la population générale», et pourtant ils ont beaucoup plus de difficultés pour y accéder, selon l’Unapei.
L’Unapei, une fédération de familles et proches de personnes handicapées, préconise une meilleure collaboration entre les secteurs sanitaire et médico-social
L’accès aux soins reste un «parcours du combattant» pour les handicapés mentaux, alors que l’allongement de leur espérance de vie accroît leurs besoins, constate l’Unapei vendredi dans un «livre blanc» préconisant une meilleure collaboration entre les secteurs sanitaire et médico-social.
Les handicapés mentaux ont beaucoup plus de difficultés pour accéder aux soins médicaux, selon un rapport
Les handicapés mentaux ont «deux fois et demi plus besoin de soins que la population générale», et pourtant ils ont beaucoup plus de difficultés pour y accéder, qu’il s’agisse de soins liés ou non à leur handicap (dentaires, ophtalmologiques etc), constate le rapport publié par cette fédération de familles et proches de personnes handicapées mentales, en vue de son congrès annuel du 23 au 25 mai à Marseille.
Les progrès de la médecine ont entraîné un allongement de l’espérance de vie
Les progrès de la médecine et des moyens d’accompagnement spécialisés ont permis une augmentation de l’espérance de vie. Ainsi, un trisomique ne pouvait espérer vivre plus de 30 ans dans les années 1970 alors qu’il peut aujourd’hui atteindre plus de 60 ans. Les personnes atteintes de handicaps sévères vivent également plus longtemps.
La plus grande espérance de vie appelle une augmentation des besoins en soins
Comme pour le reste de la population, cette avancée en âge génère des besoins en soins plus importants (cancers, démence, maladies cardiovasculaires, atteintes sensorielles ou musculo-squelettiques), mais avec des conséquences plus sévères et parfois un vieillissement prématuré. La maladie d’Alzheimer semble ainsi apparaître plus tôt chez les personnes trisomiques.
Des traitements inappropriés
Les difficultés de communication chez certaines personnes gênent le diagnostic et conduisent parfois à des traitements inappropriés porteurs d’effets secondaires indésirables. Les polyhandicapés, qui ont plus de difficultés à exprimer la douleur, peuvent souffrir «des semaines ou des mois avant que leurs douleurs ne soient reconnues et donc traitées».
Une multiplication des traitements coûteuse pour les familles
Le «risque de fractionnement des soins» entre les différents intervenants expose à une multiplication des traitements, qui peut masquer une prise en charge en fait incomplète. Les soins requis entraînent par ailleurs des surcoûts que les familles peuvent avoir du mal à assumer.
L’enseignement du handicap est «très limité durant le cursus des études médicales»
Le livre blanc relève que l’enseignement du handicap est «très limité durant le cursus des études médicales» et que les personnels de santé sont souvent peu nombreux dans les établissements et services médico-sociaux (ESMS).
Il faudrait mettre l’accent sur la formation et sur l’action en matière de prévention
Parmi les actions à engager, il met «l’accent sur la formation de tous les acteurs», professionnels comme les familles, et sur «l’action en matière de prévention», a souligné Thierry Nouvel, directeur général de l’Unapei.
Un renforcement des moyens sanitaires
Le livre blanc recommande ainsi d’établir des protocoles de suivi spécifiques à chaque handicap, et de faire des campagnes de prévention compréhensibles par les personnes handicapées. «Il faut qu’elles puissent participer directement à leur parcours de soins», selon Nouvel.
Des actions de sensibilisation et d’éducation doivent être mises en œuvre
«De tels types de handicaps peuvent générer des pathologies particulières», comme la boulimie. «On peut engager des actions de sensibilisation, d’éducation de la personne avec des mots simples», ajoute-t-il.
Les professionnels du secteur médico-social doivent être sensibilisés au dépistage de la douleur, selon le livre blanc
Le livre blanc préconise un renforcement des moyens sanitaires dans les différents établissements accueillant les handicapés mentaux, avec une présence accrue d’infirmiers. Les professionnels du secteur médico-social doivent être sensibilisés au dépistage de la douleur.
Le dossier médical informatisé est à développer
Pour une meilleur coordination des différents acteurs, il juge que le dossier médical personnel informatisé, accessible par internet, doit être développé.
Il convient de développer aussi la télémédecine
La télémédecine peut contribuer à apporter des compétences supplémentaires tout en évitant à la personne handicapée de se déplacer. Les maisons de santé, qui permettent de consulter différents intervenants, doivent être développées.
Par AFP
source

Saint-Lézin : changer le regard sur le handicap grâce au cirque

La compagnie de cirque dansé « Isaurel » de Saint-Lézin a monté un spectacle avec les résidents d’un foyer de vie pour handicapés. De quoi les aider à s’accomplir individuellement mais aussi à changer le regard sur le handicap.
les « Rencontres expressions handicap« 
Tous les deux ans, le foyer de vie pour adultes handicapés de la Rogerie à la Jumellière organise les «  Rencontres expressions handicap » avec huit autres structures. Cette année, il a fait appel à la compagnie Isaurel, basée à Saint-Lézin, pour animer les ateliers de cirque.
un spectacle dans des conditions semi-professionnelles
Dix résidents, deux éducateurs, un musicien, des circassiens, metteurs en scènes, techniciens et une costumière se sont mis au travail pour concevoir un spectacle dans des conditions semi-professionnelles avec de nombreux temps de travail et notamment une résidence au théâtre du Foirail à Chemillé.
Une aide de la région pour lutter contre les discriminations
Ils ont été soutenus par la Région à hauteur de 2 000 € dans le cadre de sa politique de lutte contre les discriminations.
Une expérience pour sortir du quotidien
Objectifs d’accomplissement personnel et de changement de perception à l’égard des autres
Les objectifs de cette aventure artistique et humaine sont multiples : un accomplissement personnel mais aussi un changement de perception des uns à l’égard des autres. « Les éducateurs ont découvert de nouvelles facettes de la personnalité des participants handicapés« , souligne Aurélien Chaillou, directeur artistique de la compagnie Isaurel. « Tous ces échanges ont permis à chacun de s’extraire du quotidien et de se révéler.
« De l’appréhension à jouer devant un public » et « un véritable plaisir à se retrouver tous ensemble »
Pour les résidents, cette expérience a demandé des efforts de concentration. Il y a eu de l’appréhension à jouer devant un public mais aussi beaucoup de bonheur. Il y avait en tout cas un véritable plaisir à se retrouver tous ensemble et à s’investir.« 
Un véritable spectacle de cirque adapté
Jonglerie, équilibres, acrobaties et manipulation d’objets… Un véritable spectacle de cirque adapté « Roulé(s) » est né de tout ce travail. Il a été joué avant-première au théâtre du Foirail en octobre à Chemillé et en novembre à Donges dans le cadre de la semaine de sensibilisation au handicap.
Les ateliers de cirque seront reconduits l’année prochaine
Fort de ce succès, les ateliers de cirque seront reconduits l’année prochaine. « Nous avons été contactés par plusieurs structures« , se réjouit Aurélien Chaillou. « Cela demande de l’organisation logistique et il faut que les résidents en aient envie. Mais bien sûr, on veut valoriser ce travail et le présenter au public.« 
Pour en savoir plus : isaurel.com et www.unpasdecote.asso.fr
source

Forum santé handicap : 10 % de la population visée

Associations et organismes divers participeront au Forum santé handicap. De quoi rappeler leur rôle fondamental face aux pouvoirs publics.
Un Forum santé handicap infos se tiendra ce week-end à la salle Michel-Carpentier. Une quarantaine d’associations et organismes divers y sont attendus. « Nous tournons dans tout le département, nous étions à Villeneuve-Saint-Germain en 2011. A Hirson, ce sera le 11e forum de ce type », explique Henri Barbier, organisateur et coordinateur.
Il existe des sites Internet spécialisés dans l’emploi des handicapés pour aider les personnes en recherche d’emploi
«Je suis handicapé, j’aimerais un poste de travail adapté…» Une phrase simple, mais parfois source d’appréhension pour un jeune en recherche d’emploi. Pour pallier cela, une solution existe: se tourner vers des sites Internet spécialisés dans l’emploi des handicapés.
Obtenir des renseignements auprès de sources fiables et trouver des solutions
Très impliqué dans le monde du handicap, ce Chaunois poursuit : « Notre objectif est de permettre à ce public d’obtenir des renseignements auprès de sources fiables. Cela permet d’avoir un contact, d’enclencher un dossier. En quelque sorte, le visiteur a possibilité « de faire son marché aux renseignements » et, si possible, de trouver des solutions à ses problèmes. La mise à disposition des stands est gratuite. »
Différents types d’handicaps seront représentés
Tous les types d’handicaps seront représentés, vendredi et samedi à Hirson. Il y aura des associations locales, comme l’antenne de Jalmalv, les donneurs de sang, Aide aux déplacements en Thiérache (ADT).
Un document sera remis aux visiteurs sur les coordonnées des associations
À son arrivée, le visiteur se verra remettre un document reprenant les coordonnées de l’ensemble des partenaires présents. De la documentation des associations absentes sera également disponible.
Le rôle essentiel des associations
« Nous attendons 300 à 400 visiteurs. L’expérience prouve qu’il s’agit d’un public ciblé : personnes malades ou handicapées et leurs familles mais aussi professionnels et étudiants du secteur de la santé ou du secteur médico-social », ajoute Henri Barbier, qui évalue au minimum à 10 % le pourcentage des handicapés en France, « sans compter bien d’autres cas, comme les diabétiques ».
Conférence sur l’aidant familial et animations sur les stands au programme
Le samedi, à 10 heures, une conférence sera donnée sur le thème de l’aidant familial. Des associations proposeront des animations sur leur stand, comme la lecture en braille.
Evaluation du Forum
Une évaluation du forum sera réalisée en partenariat avec les étudiants du lycée d’Hirson qui assureront l’accueil du public.
Rôle central des associations
On le voit, ce forum accorde une place centrale aux associations. « Ce sont les échanges entre personnes qui aboutissent au règlement des problèmes », insiste Henri Barbier. Ce dernier s’inquiète en particulier du recours à l’Internet de la part des usagers ; ceux-ci pensant trouver en grande partie la solution à leurs problèmes sur différents sites web. Ce qui aurait tendance à marginaliser le rôle des associations.
Lobbying permanent des associations auprès des pouvoirs publics
Présidente nationale de l’ataxie de Friedreich, membre du collectif « Alliance maladie rare », l’Hirsonnaise Juliette Dieusaert, justifie elle aussi le rôle fondamental des associations, notamment par rapport au lobbying permanent que sont obligées de pratiquer toutes ces structures auprès des pouvoirs publics, afin de faire avancer de nombreuses questions de fond, comme le déréférencement des médicaments, les prises en charge par la Sécu, etc.
Michel MAINNEVRET
source

Les handicapés d’Arausio à la découverte de l’Opéra

La musicothérapie au service des handicapés
Musicothérapie. Un mot qui fait du bien et qu’on devrait employer plus souvent. Jean-Marie Lavédrine, cet homme de coeur et de voix, l’utilise avec plaisir et joint le geste à la parole.

Un ancien ténor à la MAS d’Arausio
« Cela fait six ans que je travaille à la MAS d’Arausio. Avant, j’ai été longtemps chanteur d’opéra en tant que ténor. J’ai même souvent participé aux Chorégies d’Orange.

D’excellents résultats auprès des handicapés orangeois
Je continue les activités liées à la musicothérapie. C’est ainsi que j’ai proposé un partenariat entre l’opéra et la MAS d’Arausio, avec Sylvie Rogier qui nous accueille chaque fois. Nous obtenons d’excellents résultats et des handicapés orangeois viennent sept fois par an à Avignon, ainsi qu’une fois aux Chorégies. »

Un nouvel accès à la culture pour les handicapés
Jean-Marié Lavédrine, accompagné par Tony, Marie-Elise, Bruno et Marie l’accompagnatrice hier sur les marches de l’Opéra d’Avignon, alors que le soleil fait déjà penser au… Festival, tenait à ajouter : « le but, c’est de créer pour les personnes handicapées un nouvel accès à la culture comme pour tout citoyen ainsi qu’un accès à la vie. Ça fonctionne très bien.

Des chanteurs et des musiciens différents à Orange et à Avignon
Cet après-midi, ils vont assister à la répétition de Tosca. À Orange, j’essaie aussi de faire venir des chanteurs ou des musiciens. Nicolas Cavalier ou Florian Laconi sont ainsi venus. Chaque fois, on essaie de diversifier afin que ce ne soient pas toujours les mêmes qui viennent à Avignon.

Un travail sur l’autonomie sensorielle
Nous travaillons aussi sur l’autonomie sensorielle. L’aspect de la salle de l’opéra est important. On dit qu’il est très contenant, les personnes handicapées semblent rassurées, calmes pendant les répétitions… »

La musique est « baume« 
Une manière de prouver que, quel que soit l’état de santé de la personne qui la reçoit, la musique est… baume.
TJAUREGUY
source

Haut de page
Rechercher sur le site